cover
18 Mar

Sélectionnés pour un casting mode via KastingKafé, ils ont adoré

Choisis via KastingKafé pour un shooting mode du magazine Marie Claire Belgique, Penda, Isabel et Julien avaient d’abord du mal à y croire.

Mannequin, maquilleuse et photographe, ces trois intervenants ont des parcours et des métiers différents mais tous trois ont une chose en commun : avoir tenté leur chance et avoir été choisis à l’issue d’un casting mode organisé via KastingKafé pour Marie Claire Belgique.

Quelles ont été vos réactions quand on vous a annoncé avoir été choisis pour le shooting ?

Penda : J’étais bien sûr très contente mais je n’y croyais pas du tout. Je n’ai pas eu la réponse tout de suite vu qu’apparemment, ils hésitaient entre plusieurs mannequins potentielles. J’avais fini par abandonner et dans mon esprit, c’était « over ». Du coup, j’étais vraiment surprise quand on me l’a annoncé. D’ailleurs je remercie toute l’équipe de m’avoir choisie. L’idée d’apparaître dans Marie Claire, c’est génial. C’est un magazine de mode incontournable en Belgique. Je pense que je ne réalise pas encore vraiment ce que ça représente vraiment.

Julien : Super content et enthousiaste évidemment, même si j’étais un peu stressé sur le déroulement et le fait de rassembler l’équipement.

Isabel : J’ai crié « YES » !  L’attente était assez longue. Au début j’attendais de recevoir une réponse alors j’ai souvent actualisé mes mails de peur de la rater. Mais comme je n’avais pas de réponse, j’ai commencé à perdre espoir. J’ai même fini par passer à autre chose sans trop y repenser. Je m’étais résignée en me disant que cette fois n’était pas la bonne mais qu’une autre occasion finirait par se représenter.
 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Une publication partagée par Isabel Miala (@isabelmiala.mua) le

Qu’est-ce qui vous a permis de vous différencier parmi les autres sélectionnés du casting mode ?

Julien :  La chance ? (rire) Je pense qu’il y effectivement aussi une part de chance : d’avoir pu présenter mon travail au bon moment. Mais je crois aussi que mon travail et mon book sur KastingKafé ont plu et que c’était en relation avec ce que l’équipe recherchait.
 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Une publication partagée par Julien Simon (@_juliensimon_) le

Une publication partagée par Julien Simon (@_juliensimon_) le

Penda : Au début, je ne connaissais pas trop KastingKafé. J’ai répondu à l’annonce après m’être inscrite. Ce qui est intéressant, c’est qu’il fallait mettre pas mal de photos. Cela offre une bonne visibilité.
J’ai aussi un compte Instagram qui me sert de CV : je diffuse ce que je fais de manière continue. C’est ce qu’il faut pour être mannequin : énormément de visibilité.

Pourquoi avoir choisi de devenir mannequin ?

Penda : On me faisait constamment remarquer que j’étais  grande, que j’avais de longues jambes et que je devais me lancer dans le mannequinat. Je prenais ça pour rire, c’était comme de me dire : « ah, tu es grande, fais du basket ».
J’ai fait mes études mais c’est toujours quelque chose qui revenait alors j’ai fini par essayer. J’ai passé un concours et je n’avais aucune expérience mais j’ai été sélectionnée et j’ai terminé dans le top 10. Deux ans plus tard, je me suis présentée à un autre casting pour l’Ethno Fashion Week.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Une publication partagée par Penda charlene (@pendacharlene_model) le

C’est d’ailleurs ce qu’il faut faire : se présenter à des castings et répondre à des offres. Attendre chez soi, ça ne suffit pas pour faire carrière dans ce milieu. J’ai été refusée parce que je n’avais pas encore une taille mannequin, je pesais 8 kilos de plus (je pense d’ailleurs qu’il y a un manque en Belgique de personnes qui œuvrent pour créer des agences plus size).
Mais finalement, j’ai quand même apprécié l’univers du mannequinat. Ce qui m’a attiré, c’était de pouvoir rencontrer de nouvelles personnes. J’ai aussi appris à marcher en talons, vu que j’avais l’habitude de porter tout le temps des baskets. Et d’ailleurs, ça m’a poussée à être plus féminine : j’ai commencé à m’habiller différemment et à avoir davantage confiance en moi.
Toutes ces choses m’ont poussée à continuer et j’espère que ça se passera toujours aussi bien.

Comment vous êtes-vous préparés pour ce shooting ?

Penda : J’ai essayé de ne pas trop me projeter, de ne pas trop y réfléchir. C’est ma façon de faire : je vois une fois que j’y suis pour garder une certaine spontanéité. Je sais que je n’avais pas l’air tellement stressée au début mais pourtant le stress était bien là.

Isabel : J’étais prête avant même de recevoir la réponse !
Avant de postuler au casting mode, je me disais déjà que c’était pour moi. J’avais même déjà prévu de me focaliser sur les yeux et le teint de Penda en utilisant un mix de couleurs complémentaires pour casser un peu la chaleur des couleurs orange.

Julien : Après avoir vu le moodboard, j’ai réfléchi à la lumière, à l’organisation du shooting  à proprement dit. Il y avait le call sheet à faire : rassembler les coordonnées de l’équipe au cas où il y aurait un problème.
Ensuite, on a collecté tout le matériel : flash, écrans.
J’ai ensuite discuté avec mon associé Lionel pour trouver des idées. Je voulais que les photos reflètent un esprit très coloré, très « punchy » et faire ressortir cela avec un bel éclairage.

Comment s’est passé la collaboration avec les autres intervenants ?

Isabel : J’avais déjà travaillé assez régulièrement avec Penda donc c’était plus facile. C’est un peu rassurant de connaître le modèle. J’avais même hâte parce que je connaissais déjà son teint, ses yeux, les couleurs qui lui vont. En plus, elle est super sympathique !

Penda : Je te renvoie le compliment ! Pour la collaboration avec les autres, j’ai mis un petit moment à me mettre dans le bain et me sentir à l’aise mais une fois lancée et occupée à poser, c’était bon. J’ai trouvé toute l’équipe très professionnelle.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Une publication partagée par KastingKafé (@kastingkafe) le

Finalement, qu’est-ce que tu retiens de cette expérience de casting mode et du shooting ?

Penda : C’était très intense, j’ai fini la séance photo complétement épuisée. J’ai vraiment donné beaucoup de moi-même et c’était très enrichissant. Sachant que je faisais un défilé de mode la veille au salon du chocolat, je crois que je me suis vraiment surpassée.

Isabel : C’était super, très bonne équipe, bonne vibes.

Julien : C’était super positif, l’équipe était super, le casting a été payant. La modèle était top, la make-up artist et le styliste aussi. Tout était vraiment parfait.

Envie de toi aussi participer à un casting mode ? Inscris toi maintenant sur KastingKafé !

Retour

Inscrivez-vous maintenant, c'est gratuit